Témoignages

Témoignages des passants« Ah c’est tout simple, il n’y a pas de difficultés, j’ai aimé partager ce moment ! »

Des enfants ont dit : « c’est super, il y a tout le monde qui gagne ! Ah j’aime bien que ce soit comme ça ! »
« J’aimerais bien rester et encore jouer ».

Un jeune homme à dit d’un air amusé : « moi aussi j’ai un double-mètre, le voici ! »

Un papa à dit : « J’ai eu beaucoup de plaisir à prendre ce temps et jouer avec mon fils »

Deux jeunes ont dit :« Vous avez bien fait de nous proposer c’était un beau moment de partage et de plaisir ».

Un monsieur à dit : « C’est super ce jeu, vous pourriez venir dans notre commune ! »

Une maman qui passe avec son garçon de 5 ans à dit : «Non, on ne va pas jouer, on est tellement fâché tout les deux ». La maman part avec son fils et ensuite revient. « Nous allons tout de même jouer » La maman et le garçon jouent ensemble avec cinq autres passants. « Merci, merci, pour ce bon moment de partage » Ils repartent tous les deux, souriants.

Une dame chinoise a dit : « Je suis tellement contente d’avoir joué avec vous, est-ce que vous faites ce jeu dans d’autres pays ? »

Un monsieur a dit : « Un de mes hobby, c’est dessiner ! Je vais faire un dessin de « Tu m’as vu ? » avec des passants
D’autres passants ont dit : « C’était agréable, juste devant chez moi ». « Ah, c’est super ce jeu, je vais le proposer dans un mariage et à mes petits enfants.

Des personnes venant d’Allemagne, ont trouvé ce jeu super et demandent s’il est proposé tout l’été à Genève.

« Après une journée de travail, c’est bien agréable de jouer » dit un passant.« Cela me donne envie de vous réciter un poème de Prévert “. Il a récité : Trois allumettes.

« C’était sympa, on ne rencontre pas souvent des jeux comme ça ».

« Ça, c’est un loisir original. »

Témoignages de l’équipe d’animation
Puisque j’aime bien la rue “Tu m’as vu?” était une occasion rêvée d’occuper le terrain, tout en jouant et faisant jouer. Le temps passé est passé plus vite que le temps de dire “Tu m’as vu?”
Une aventure de rue bien sympathiqueRencontres éphémères, quelques instants suspendus, bien réelsCoopérer avec des inconnus, tout le monde gagneVivre au présent ensemble et se quitter en emportant un cadeau, une petite histoire à raconter,  un jeu à refaire, peut-être, avec ses amis….

Pour moi l’expérience de “tu m’as vu ?” a été très enrichissante. Dans notre quotidien on a tout simplement pas l’habitude d’entrer en contact avec des passants et de proposer un jeux. C’était un bon prétexte pour les rencontrer, échanger quelques mots et rigoler
Aussi le jeu m’a permis encore une fois de me rappeler de prendre le temps pour échanger avec les personnes que je croise au quotidien car la vie est plus rigolote comme ça !
Il n’est pas toujours facile d’interrompre les gens pressés, stressés et occupés par mille choses de leur journée.

Qu’est ce qui fait que l’un ou l’une d’entre elles s’arrête ce jour -là , à ce moment là, dans cette rue là… c’est un peu mystérieux..
Un mot a retenu leur attention peut-être : Voulez vous jouer avec nous? jouer … ah tiens jouer… ce mot qui est utilisé plus souvent pour le monde des enfants que celui des adultes.
Jouer, quel drôle de mot. Un monsieur presque en colère me dira “Non, j’ai passé l’âge de jouer, vous savez !” Mais un autre dira : “pourquoi pas ?” Alors loin de moi l’idée de juger celui qui ne s’arrête pas car chacun fait avec ce qu’il a , ce qu’il est , ce qu’il veut et peut…mais celle ou celui qui s’arrête devient alors un super héros pour moi!!! Elle-il ose jouer et pas n’importe où . Dans la rue, aux yeux de tous !! 
J’ai trouvé ces gens merveilleuxouverts , curieux…et j’ai adoré cette dame qui ne voulait que regarder parce qu’elle avait mal aux jambes et qu’elle avait peur de tomber. Entourée de 2 grands gaillards, avec un temps de pluie bien maussade, elle a joué. Et elle n’est pas tombée… ! et elle a rejoué une 2ème fois.

Une maman et son fils aussi… qui s’est le plus amusé? Je vous laisse deviner.
Le temps passait à toute allure et j’ai bien vite oublié les refus, les regards noirs et les silences d’indifférence pour ne garder que les sourires, l’énergie positive de ces moments. Merci de m’avoir donné la possibilité de participer.

Expérience très intéressante du point de vue des comportements humains ! La plupart des genevois sont très stressés et n’ont pas deux minutes à partager pour découvrir un jeu de rue, et quelques uns se lancent avec enthousiasme et plaisir. Et les courageux participants m’ont imprégnée de leurs éclats de rire, de la diversité de leurs passions et ces moments de partage ont été intenses et d’une grande richesse.

Pour moi cette expérience a été un moment sympathique d’échange avec les autres participants. Je me suis aussi rendue compte, encore plus, de comment les gens sont pressés à Genève. Aborder les enfants était le meilleur moyen de faire jouer ensuite les parents
Ce que j’ai pu remarquer, entre autres, c’est que les touristes, plutôt jeunes, avaient du plaisir à participer; certainement que lorsque l’on voyage on a du temps et du plaisir pour jouer et avoir des contacts avec les autochtones; nous faisions peut-être assez couleur locale !
C’est, à mon avis,  une expérience intéressante, bien menée, riche de contacts éphémères mais cordiaux. C’est aussi un bon entraînement pour apprendre à VOIR l’autre en tant que voisin du moment. Type d’activité à renouveler dans des lieux de rencontres et festifs.

Superbe expérience, à chaque fois différente, beaucoup d’éclats de rire. Le meilleur moment pour moi a été quand nous avons eu un groupe d’enfants qui ont traduit les explications dans différentes langues pour les enfants de passage qui ne parlaient pas français. Cela montre la diversité et la richesse de Genève et les capacités polyglottes de la future génération. J’ai adoré. 
Le contact s’est fait avec une mixité de population incroyable, aussi bien en terme de génération, que d’origine et de niveau social.

Le seul Homme de l’équipe, quelle responsabilité !
Mais j’assume et surtout une superbe occasion d’être confronté à la rue. Pas toujours facile pour celui qui n’a pas l’habitude. 
En tout cas une belle expérience qui permet de mieux sentir la vie en ville et d’évaluer ce que veut dire le mot « dialogue » avec Madame et Monsieur Tout le monde.
Un petit regret : ne pas pouvoir renouveler cette expérience par la suite pour le bonheur de tous les acteurs qu’ils soient animateurs ou simples participants.
Merci à toutes et tous pour ce moment mis à part pour plus d’ouverture dans notre vie quelque peu individualiste.

Impression que tous les Genevois cherchent à capturer un public et que partout les gens sont saturés de sollicitations alors qu’ils aspirent surtout à un peu de calme et de bien-être intérieur. C’est pourtant vrai que JOUER provoque parfois ce petit miracle, et que j’ai croisé des regards tout surpris par le bonheur de s’amuser un instant,  partageant ma propre surprise du plaisir que j’ai eu à me trouver là, juste parce que je ne sais pas dire non!.. BRAVO à Toi et Carole-Lyne, car NOUS AVONS GAGNé!!!

Bon, ma contribution écrite sera super-légère, puisque l’essentiel est de vivre le moment présent, non ??? En tout cas j’ai eu beaucoup de plaisir à participer à cette aventure.

J’avais un peu d’appréhension à aller chercher les passants pour participer au jeu “Tu m’as vu?”. Car je ne sais pas si j’aurais participé moi-même à ce jeu si on m’avait interpellée un jour ” moyen “…
Je sais dorénavant que je jouerai de bon coeur car j’ai découvert des gens formidablement ouverts et disponibles 

Témoignages de personnalités genevoises invitées

Martine Corbat : comédienne, metteure en scène
Belle initiative que ces jeux dans lesquels les êtres, inconnus, se rencontrent très brièvement à travers un regard, un sourire, quelques mots, et ce de manière complètement inattendue

Roland Le Blévennec : a fait beaucoup pour la musique à Genève
“A 67 ans, la cour de récréation est dans la rue, les grands jouent avec les petits et inversement. “Tu m’as vu ?”, rencontre éphémère, où le regard de l’autre s’adoucit. Je repars le cœur léger.

Jean-Yves Poupin : pianiste compositeur
Le temps est insaisissable. Il passe, pourtant on ne le voit n’y le sent passer

Yael Miller: compositrice chanteuse
Chouette moment de partage avec des inconnues.

Jonas : compositeur rappeur
Super ces jeux coopératifs! Comment, avec peu, créer une dynamique où des inconnus se mobilisent pour trouver des solutions, franchissant très rapidement la barrière de l’anonymat avec une bonne dose de joie.

Sarkis Ohanessian : comédien, animateur, formateur
Une expérience originale qui fait se rencontrer les gens.

Observations des initiatrices et animatrices du projet (Catherine Froidevaux et Carole-lyne Klay)

  • Par moment les enfants dirigeaient leurs parents, amusant…aussi bien pour les enfants que pour les parents.
  • Plaisir pour des séniors de faire la traduction à de jeunes passants non francophones.
  • Créativité des participants pour expliquer à une personne malvoyante la forme du jeu.
  • Entraide entre participants ne se connaissant pas pour faire participer une dame âgée avec ses cannes.
  • Etonnement de participants se connaissant “je ne pensais pas que tu allais agir comme celà ” Découverte de l’autre dans un moment de coopération.